Géographie physique/environnement

Développement durable, Environnement, Ecologie, Risques, Hydrologie, Climatologie, Pédologie, Géomorphologie, Biogéographie

La personne sensible aux différentes formations du vivant, à la mécanique complexe des flux atmosphériques, océaniques, au relief terrestre, aura quelques affinités avec la géographie environnementale, et physique.

La géographie physique est simplement l’analyse du milieu naturel, à travers les différentes formes qu’il peut prendre : l’atmosphère, la lithosphère, l’hydrosphère, la biosphère. La géographie physique s’articule en plusieurs sciences qui découlent de ces différentes « sphères ».

La climatologie s’intéresse aux différentes manifestations atmosphériques, aux déplacements de masses d’air.
La géomorphologie structurale concerne l’évolution des structures et des formations rocheuses, grâce notamment à la tectonique des plaques. La géomorphologie dynamique s’intéresse aux processus de formation et de transformation du relief (par des agents externes, et sous l’influence des climats).
Pour plus d’informations
L’hydrologie est l’étude des eaux et au cycle, et se décline en plusieurs sciences : l’océanographie (les océans), la glaciologie, l’hydrologie des eaux de surface (ruissellement), des eaux souterraines, la limnologie (les lacs).
La biogéographie est la science qui étudie l’évolution de la vie : les différentes formations du vivant, la répartition des êtres vivants.

Ces sciences, à l’instar des sphères qu’elles étudient, sont en interrelations, et étudient un ensemble qu’on appelle un géosystème : par exemple, la géomorphologie dynamique est étroitement liée à la climatologie puisqu’elle demande de comprendre l’importance des précipitations dans le processus d’érosion.

Elles s’inscrivent également dans le temps et l’espace, et demandent de réfléchir à des échelles plus globales (paléogéographie). Si elle a pour objet principal le milieu, elle prend désormais en compte l’homme et les sociétés. La géographie de l’environnement s’intéresse à la prise en compte de l’anthroposphère dans les études environnementales, en intégrant les acteurs du territoire. Les processus de décision, l’aménagement de l’espace, prennent quant à eux en compte les données environnementales.

Les différentes manifestations terrestres pouvant constituer un danger, l’étude des risques est également prise en compte dans les politiques et les processus de décision.