Gestion des territoires, Développement local, Tourisme

La géographie, en tant que science humaine, a pour but de caractériser, classifier et organiser les espaces. Mais au-delà de cette fonction, elle peut aussi s’avérer être un outil de premier ordre dans la mise en place de projets socio-économiques à toutes les échelles. C’est ce à quoi s’attache le domaine du développement territorial.

Cette branche de la géographie s’est apparentée à son origine à une géographie fondamentalement économique qui étudiait les tenants et les aboutissants des inégalités économiques entre pays. Elle s’est affinée avec le temps, au fil des théories économiques naissantes, attachant toujours plus d’importance au volet social puis écologique du développement.

Aujourd’hui on peut diviser le développement territorial en deux pratiques distinctes.

D’une part, le développement territorial dans les « pays développés » : celui-ci se caractérise par une promotion importante du développement durable, un soutien aux actions sociales existantes (sphère associative) et un aménagement du territoire qui se veut de plus en plus participatif (PLU). Le développement également dénommé « local » est devenu un enjeu majeur au près des collectivités qui dans la mondialisation prennent désormais en compte l’importance de la valorisation des atouts de leur territoire pour y proposer une bonne qualité de vie ainsi qu’y développer l’activité.

D’autre part, le développement territorial dans les pays dits « en développement », qui connait des variations selon les pays concernés. Dans les pays les plus pauvres, il se traduit par la présence d’ONG internationales et/ou locales, mais aussi par la présence de liens avec des « pays développés », c’est ce que l’on appelle la coopération décentralisée qui a pour but d’apporter au territoire un cadre institutionnel, administratif et structurel favorable à l’apparition d’une émulation économique voire socio-économique.