États généraux de la géographie : Lancement de la concertation

Les administrateurs au travail sur les États généraux de la géographie

Lors du week-end de formation des Géolympiades, les géographes ont pu entamer un travail autour de trois thèmes différents lors d’ateliers de réflexion. Ces temps de réflexions marquent la volonté de l’AFNEG d’établir les États généraux de la géographie. Les associatifs ont ainsi pu traiter de sujets tels que la géographie au lycée ou encore de l’uniformisation des mentions de master.

La passerelle entre le lycée et l’université quasi inexistante ?

Le premier groupe de travail s’articulait autour de la Géographie au lycée, et notamment la passerelle entre la géographie enseignée dans le secondaire, et celle enseignée dans le supérieur. Selon ce groupe, l’enseignement du secondaire est trop éloigné de ce que nous pouvons retrouver dans le supérieur. En effet, la géographie dans les collèges et les lycées n’offrent pas l’exhaustivité des champs de cette discipline que l’on pourrait retrouver à l’université. De ce fait, de véritables œillères sont mises sur les yeux des lycéens quant à ce qu’est la géographie en tant que discipline universitaire.

Le choix du master : plus d’informations pour plus de compréhension ?

Choisir son master n’est pas une chose aisée pour les étudiants, selon les personnes qui ont travaillé dans le second groupe. Elles ont le sentiment d’être mal informées sur l’offre des masters et sur leurs contenus, et ont donc besoin de plus d’éclaircissements. Les mentions des masters ont été simplifiées suite à l’arrêté du 4 février 2014 fixant la nomenclature des mentions du diplôme national de master. On trouve désormais des masters avec des mentions comme « Urbanisme et aménagement », « Transport, mobilités, réseaux », « Ville et environnements urbains », « Géographie, aménagement, environnement et développement » ou encore « Géomatique ». La liste des mentions, toutes filières confondues, est longue, certes, mais elle a été réduite et les mentions sont davantage englobantes, mais elles restent précises.

Dernière année de licence : un flou encore persistant

Toutefois, les étudiants, notamment en troisième année de licence, ont l’impression qu’ils n’ont pas accès à l’information. Ils souhaiteraient que les toutes les universités mettent à disposition toutes les informations nécessaires à l’information et à l’orientation de ceux-ci, telles que les UE (unités d’enseignement) et les crédits ECTS correspondant (système européen de transfert et d’accumulation de crédits), les critères d’admissions et les débouchés. Ils souhaiteraient également que ces informations soient davantage indiquées sur les sites internet des universités.