L'utilité de la géographie : entre territoires et sociétés

L’utilité de la géographie : entre territoires et sociétés

« La géographie c’est connaître les capitales », « ça nous apprend à colorier des cartes », « ça sert à voir où se répartissent les populations ». Mais aussi : « c’est une sous-discipline de l’histoire », « tu étudies la géographie pour être prof ? » … autant de cliché que nous avons déjà tous entendu sur cette discipline. Mais alors, est-ce vrai ? A quoi sert réellement la géographie ? Est-ce une discipline réellement utile à nos sociétés ?

Une discipline qui attire peu, mais pourquoi ?

En réalité, elle est peu connue ! Le constat est fait que peu de lycéens viennent à choisir la filière de géographie après leur baccalauréat. L’orientation de la plupart des jeunes se fait souvent « par hasard » ou par défaut. Étant une filière non sélective en licence, la géographie n’est que rarement leur premier choix. Nombreux sont ceux qui ne connaissent pas réellement les domaines couverts par la géographie, ni son utilité. Comme nous le savons, un certain nombre de stéréotypes caractérisent encore aujourd’hui cette discipline auprès du grand public.

La géographie dans le secondaire

Au lycée, la géographie que l’on connait tou.te.s pour l’avoir déjà pratiqué, est une discipline très descriptive. Elle se centralise sur sa sous-discipline économique, qui se focalise sur la compréhension des inégalités selon différentes échelles. Elle peut également sembler plutôt idéaliste, et trop peu critique et objective. Ce qui est normal étant donné que les programmes de géographie du collège et du lycée sont construits de manière à former de futurs citoyens. Cela va également les rendre capable de trouver l’information, de réfléchir par eux-mêmes, tout en leur apportant de la culture générale. Bien sûr, l’ensemble des matières, ne peuvent pas être approfondies, et cela n’est pas le but de l’enseignement primaire et secondaire.

Au delà du contenu des programmes, les méthodes pédagogiques doivent être revue pour faire appréhender la géographie dans un aspect autant pratique que théorique.

Deux géographies, deux rôles

Une chose est sûre : la géographie que l’on étudie dans le secondaire, et celle qui est enseignée à l’université ne sont pas la même. Non pas que l’une est plus pertinente que l’autre, elles possèdent simplement un rôles profondément différents. L’une vise à construire une base de culture générale sur le monde et les sociétés. L’autre va quant à elle, va approfondir la relation sous forme de système, environnement / espace / société. C’est comprendre les territoires et leurs fonctionnements, à différentes échelles, en prenant en compte différents facteurs. L’étude de plusieurs aspects (échelles, objets, temporalités, supports, espaces) va très nettement forger l’esprit critique d’un jeune.

La géographie, une discipline scientifique à part entière ?

Comprendre le fonctionnement d’un territoire, les notions clés, ses concepts permettent de soulever des problématiques, de les appréhender, trouver des solutions. Ces dernières sont les missions de cette discipline qui mêle sciences exactes et sciences humaines. La géographie étudie les changements présents, mais la compréhension et l’évolution d’un espace doit toujours se faire avec une mise en contexte. D’où la complémentarité de l’histoire et de la géographie.

Comme le dit Elisée Reclus : « L’histoire n’est que la géographie dans le temps, comme la géographie n’est que l’histoire dans l’espace ». Ces deux disciplines permettent de comprendre le monde, pour mieux apporter des solutions, en mêlant sciences exactes, sciences humaines et sociales. Notamment avec les réflexions suivantes : réduire les inégalités, comprendre les causes d’un conflit pour y remédier, aménager l’espace pour faire cohabiter les différents écosystèmes et les sociétés.

Cela passe par la création de concepts, d’outils, par leur définition et la mise en place de leurs limites, pour créer de l’information scientifique.

Mais alors, pourquoi former des géographes ?

La géographie permet la compréhension des enjeux de nos sociétés, le monde, son fonctionnement. Il faut prendre en compte les différentes échelles et facteurs qui vont influer les uns sur les autres. La géographie est pluridisciplinaire et a une approche systémique. C’est l’application de la culture générale que l’on acquiert au cours de sa vie, puis l’analyse des éléments, leur mise en relation pour comprendre leur fonctionnement.

L’évolution du monde des cartes

La carte, objet géographique par excellence, est devenue indispensable pour se repérer dans l’espace. Mais au delà de cela, elle sert aussi à construire, aménager, planifier, organiser, et se déplacer. Avec les progrès techniques, technologiques puis numériques, la cartographie a évolué et fait désormais partie du champ disciplinaire de l’information géographique : la géomatique. Ce domaine nécessairement lié à la géographie a aujourd’hui le vent en poupes.

Grâce à leur maîtrise des outils, les géographes sont aujourd’hui très recherchés pour leur capacité à articuler connaissances fondamentales et techniques. La nécessité de connaître l’espace sur lequel on est amené à évoluer est croissante. La géographie, en lien avec la géomatique, a ici un rôle majeur. Finalement, ce n’est pas si faux de dire que la « géographie ça ne sert qu’à faire des cartes » !

Yves Lacoste l’a très bien expliqué dans son ouvrage sorti en 1976 : La géographie ça sert d’abord à faire la guerre. Même pour construire une stratégie militaire, faire de la géopolitique, comprendre des conflits ou phénomène politique, il fallait d’abord connaître l’espace. Il faut aussi comprendre le contexte, historique et géographique et prendre en compte différentes échelles d’analyse.

Une diversité sans vraie limite

L’implication des géographes est importante dans au sein des faits d’actualités, des débats de sociétés. Ils vont aider à leur compréhension et les contextualiser, tout en y apportant un esprit critique et une vision large, à diverses échelles.

Beaucoup d’apprentis géographes sont ensuite surpris par la diversité des enseignements proposés, et des différents domaines professionnels dans lesquels ils vont pouvoir trouver un emploi.

Certaines lacunes persistent encore et donnent une image de discipline inutile à la géographie. On peut penser que la géographie n’est qu’un mélange d’un ensemble d’autres « vraies » disciplines. Mais là est bien toute sa force ! La pluridisciplinarité de la géographie permet réellement d’avoir un angle de vue sur la compréhension du monde plus complet.

C’est d’ailleurs dès le secondaire que cette pluridisciplinarité devrait être accentuée. Cela servirait d’autant plus à la vie future des jeunes. On pourrait y associer également des thèmes tels que le droit, la santé, le fonctionnement de notre organisation sociétale. Cela permettrait d’en tirer des fondements plus concrets, pour mieux comprendre ce qui nous entoure.